logo ihs

Chine : son infiltration propagandiste à l'ouest

Chronique du 13 juillet 2019

Dans un article publié dans Libération, Laurence Defranoux analyse comment Propagande de la Chine s’infiltre à l’Ouest" : La crise hongkongaise a rappelé, souligne-t-elle, la démesure des méthodes de désinformation pratiquées par Pékin. Cette vieille "arme magique" de Mao se déploie dans les médias des États démocratiques, dans le but de donner une image positive de la Chine.

"Soutenez Hong Kong !" L’appel à l’aide des manifestants s’étalait la semaine dernière sur de pleines pages dans des journaux anglais, suédois, allemands ou canadiens. Dans ces publicités, financées grâce à une levée de fonds citoyenne qui a récolté en quelques heures plusieurs centaines de milliers d’euros, les mouvements pro démocrates expliquaient au monde occidental leurs revendications. Pour les habitants de l’ex-colonie britannique, qui se battent depuis des semaines pour conserver les droits dont ils jouissent depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, contrer la machine de guerre de propagande du Parti communiste chinois est un enjeu crucial.

Le 9 juin, alors qu’un million de personnes défilaient pour demander le retrait d’un projet de loi d’extradition vers la Chine continentale, le China Daily, organe de presse du Parti communiste chinois, n’hésitait pas à titrer en anglais : "800 000 personnes disent "oui" à la loi". La semaine suivante, après la suspension du texte, un quart des 7,4 millions d’habitants étaient dans la rue pour demander la démission de la cheffe de l’exécutif. Ce que le China Daily traduisait par : "Les parents hongkongais marchent contre l’ingérence américaine." Ces mensonges n’ont pas empêché, le lendemain, le Figaro d’insérer dans ses pages son "supplément" China Watch à la gloire de la Chine et de son président Xi Jinping, fourni clés en main par le même China Daily. Ces pages construites pour entretenir la confusion sont fournies avec un gros chèque à une trentaine de journaux d’influence autour du monde, dont le New York Times, et touchent 13 millions de lecteurs. Aucun des médias contactés n’a voulu commenter ces partenariats. Mais selon le Guardian, le Daily Telegraph recevrait 860 000 euros par an pour une publication mensuelle.

"Raconter des histoires". L’objectif de cette campagne coûteuse n’a rien de secret : il s’agit de modeler l’opinion publique et d’influencer les décisions politiques et commerciales des pays étrangers dans le cadre de "la grande renaissance du peuple chinois". Ce que Mao Zedong appelait "l'arme magique", et que Xi Jinping résume en "raconter des histoires". La Chine n’est pas la première puissance à utiliser les médias pour asseoir son influence à l’étranger : la France ou le Royaume-Uni ont commencé dès les années 1920. Mais là s’arrête la comparaison. Car Pékin n’autorise pas la critique, ni même le débat. Dans le "Document 9", manifeste secret destiné aux cadres du parti révélé en 2013, la liberté de la presse est même classée parmi les "sept périls occidentaux", aux côtés des droits de l’homme et de l’indépendance de la justice.

En Chine, cela se traduit par une censure impitoyable. Depuis plusieurs années, Google, Instagram ou Facebook sont bloqués, et les réseaux sociaux locaux étroitement surveillés. Chaque jour, les autorités diffusent des consignes aux rédactions locales en leur enjoignant de ne pas traiter tel ou tel sujet, traquant ceux qui osent passer outre l’obligation de "protéger l’autorité et l’unité du parti", rappelée par Xi Jinping en 2016. Les médias étrangers sont aussi touchés : tout sujet sur les manifestations à Hong Kong ou la répression sanglante des manifestations de Tiananmen en 1989 est remplacé par un écran noir.

En revanche, le Parti communiste exploite à fond l’absence de contrôle sur l’information dans les démocraties occidentales, qu’il qualifie de "faille". Dès son arrivée au pouvoir, Xi Jinping a remis en ordre de bataille le Front uni, un organe créé en 1942 pour infiltrer les milieux intellectuels. Plus de 40 000 fonctionnaires ont été embauchés, chargés de contrôler la perception de la Chine à l’étranger et de court-circuiter les critiques concernant les droits de l’homme. Pékin ne lésine pas sur la dépense : les offres de voyages de presse en Chine ou de "formations en communication", tous frais payés, sont devenues courantes. La crise que subit la presse occidentale, confrontée à la baisse des ventes et des revenus publicitaires, en fait une cible de choix. Lors de l’arrivée de Xi Jinping à Nice, en mars, le Parisien, les Échos, le Monde et le Figaro ont publié des "publicités" sous forme d’articles et photos fournis par l’agence de presse officielle Chine Nouvelle, ou Xinhua en chinois.

L’offensive sur les contenus se double d’une opération massive d’achat d’infrastructures. En Afrique, des entreprises chinoises dominent désormais les réseaux de télévision. Au Pakistan, Pékin installe un réseau de fibre optique qui, selon les termes du contrat, permettra de "diffuser la culture chinoise". L’agence Xinhua connaît de son côté une croissance exponentielle. En plus de publier les dépêches sur ses différents sites, elle vend désormais du contenu en 18 langues, contre 6 pour l’AFP. "Au début, la copie destinée aux étrangers était de mauvaise qualité. Pour améliorer le niveau, ils se sont servis dans le vivier de journalistes au chômage. Aujourd’hui, les salles de rédaction de CCTV [télévision d’État, appelée aussi CGTN, NDLR] ou de Xinhua sont remplies d’Occidentaux très bien payés. La stratégie commerciale est très agressive, avec des prix très bas", affirme l’ancien directeur d’un groupe de médias français, qui préfère ne pas donner son nom.

Stratégie de conquête. Xinhua n’est pas une agence comme les autres. Personne n’a jamais répondu à nos demandes d’interviews, ni par mail ni par téléphone, et lorsqu’on se déplace à son bureau parisien, dissimulé derrière de hauts murs dans une petite rue de banlieue, on sonne en vain à l’interphone. L’agence de presse proposerait des packages de 50 dépêches, 3 vidéos et 5 photos pour 2 000 dollars (environ 1 800 euros). Des contrats très tentants pour des médias en crise, notamment dans les pays en développement, qui n’ont pas les moyens de payer les salaires d’une rédaction ou de s’abonner aux dépêches des agences internationales.

"L’information n’est pas forcément de mauvaise qualité, mais elle est biaisée car elle accompagne une stratégie globale de conquête économique et territoriale", reprend l’ancien patron de presse. Des pans entiers d’informations sur la Chine sont ainsi passés sous silence, comme la résistance des Tibétains ou la mort du Prix Nobel de la paix Liu Xiaobo en prison en 2017. Les missions humanitaires et les investissements chinois à l’étranger bénéficient, eux, d’une couverture très avantageuse. "Qui sait qu’il y a des milliers de grévistes et de manifestations en Chine ? En revanche, Pékin a médiatisé à fond l’histoire de touristes chinois expulsés d’un hôtel suédois" l’an dernier, s’agace Benjamin Ismaïl, un militant indépendant pour la liberté de l’information. Monté en épingle, cet incident banal a permis de pointer du doigt la Suède comme "pays dangereux pour les touristes", une manière de faire pression sur Stockholm dans le dossier de Gui Minhai, un éditeur suédois emprisonné en Chine.

Parallèlement, le média d’État Radio Chine International (RCI, ancienne Radio Pékin) s’est immiscé sur les ondes de dizaines de radios et de télévisions étrangères, dont une trentaine rien qu’aux États-Unis. Une stratégie que son patron appelle "emprunter un bateau pour traverser l’océan". Depuis le mois de novembre, BFM Business (propriété du groupe Altice, comme Libération), chantre de l’entreprenariat heureux, diffuse ainsi chaque soir à 23 h 50 "Chine Éco". Cette émission de quelques minutes commence par un petit sujet en français, livré par RCI, qui présente des sujets chinois sous un jour inoffensif et sympathique. Puis un invité économique vient parler de l’intérêt d’investir dans le pays. "Nous avons beaucoup de mal à réaliser une émission si nous n’avons pas de partenariat, explique Stéphaneumier, ancien directeur de la rédaction à l’origine du contrat. RCI nous a proposé : vous parlez du business en Chine, et on vous sponsorise. Nous restons souverains sur le contenu, et So les entrepreneurs ne se privent pas de critiquer la Chine quand ils le jugent utile."

L’audience de l’émission n’a pas besoin d’être importante, le but recherché est l’influence : la chaîne de télé agit comme une tête de gondole, elle crédibilise un discours qui va être ensuite décliné à l’infini sur Internet. Notamment via Twitter, pourtant interdit en Chine.

Le message que martèle le Parti communiste au monde entier est que l’ascension de la Chine est aussi irréversible que pacifique. Et ce, alors même que Pékin est en train d’annexer militairement la mer de Chine méridionale et menace d’user de la force envers Taiwan, qui échappe au contrôle de la République populaire depuis 1949. Les pressions sur les journalistes sont également loin d’être amicales. Quand Chang Ping, journaliste exilé en Allemagne, a dénoncé l’arrestation de son confrère Jia Jia en Chine, ses frères et sœur ont été arrêtés, et sa famille sommée de le supplier "d’arrêter de critiquer le parti". Cet automne, Victor Mallet, chef du bureau du Financial Times à Hong Kong, a été expulsé après avoir invité un militant indépendantiste à un débat. Quelques jours après, le photographe Lu Guang a été jeté en prison alors qu’il était en reportage au Sinkiang, où plus d’un million de personnes issues de minorités ethniques musulmanes sont détenues dans des "camps de rééducation politique".

Alors que ces manœuvres infusent la peur et l’autocensure parmi les journalistes chinois et étrangers, la "vision positive" de la Chine bénéficie de canaux de plus en plus nombreux. "Le travail opéré par Pékin est subtil et de long terme, alerte Nadège Rolland, chercheuse au National Bureau of Asian Research de Washington. Le plus important est ce qui est invisible, c’est-à-dire l’influence sur les normes, les valeurs et les lois. Toutes les démocraties sont concernées et chacune, sans exception, se doit d’être vigilante."

→ Recevoir nos mises à jourRevenir au fil de nos chroniques

Tweet