logo ihs

gentil duarte et jhon 40FARC : dissidents mafieux au Venezuela

Chronique du 19 mars 2019

Les anciens membres des FARC, tels que Gentil Duarte et Jhon 40, ont réactivé en territoire vénézuélien les anciennes écoles de formation de la guérilla.

De source militaire colombienne autorisée, la dissidence des FARC renforce actuellement un réseau de criminels à la frontière avec le Venezuela. Botache Miguel Santillana, alias Gentil Duarte, est désormais l'un des plus anciens clandestins recherchés par les spécialistes de la guérilla des autorités, après être devenu le leader de la dissidence opérant en Colombie orientale. Ceci a amené le gouvernement d'Ivan Duque à offrir, pour sa capture, jusqu'à 2 milliards de dollars.

Selon les services de renseignements militaires, la guérilla est hébergée depuis novembre 2018 dansl'État vénézuélien d'Amazonas. Gentil Duarte y coordonne l'expédition de la cocaïne. Celle-ci, transformée en Colombie est livrée directement aux cartels mexicains, tel celui de Sinaloa, et à des cartels au Brésil. "Ceci s'effectue avec la complicité de la garde vénézuélienne, laquelle permet le contrôle des traces illégales et licites pour l'envoi de tonnes d'alcaloïdes", d'après une source des services de renseignement interrogée par El Tiempo.

En paiement, le chef de la guérilla doit recevoir des armes à longue portée, qui entrent dans le pays pour fournir différents maquis dans les régions de Guaviare, Guainía, Vichada, Putumayo et une partie de Meta. Plus précisément, les différentes enquêtes indiquent que ces armes sont issues d'un marché noir au sein des Forces armées nationales bolivariennes (FANB). La Syrie est un autre allié stratégique dans l'achat d'armes.

 Selon l'enquête, la dissidence des FARC a profité de la crise au Venezuela pour se développer en commercialisant de la nourriture, des vêtements, de la protection à un prix très bas.

Sur ce point important, il est à noter que García Molina, alias "Jhon 40", joue le rôle de lieutenant de "Duarte" dans cette région. Depuis plus de deux ans, il est basé sur le territoire vénézuélien, où il a pu consolider une structure armée de près de 300 hommes, composée en majorité de Vénézuéliens.

En plus de son expérience acquise dans les rangs des FARC, il a su organiser le déplacement de la production de cocaïne et l'exportation en utilisant les corridors stratégiques et la voie fluviale à partir des départements colombiens de Vichada et de Guainía vers l'État vénézuélien d'Amazonas.

Outre les itinéraires du trafic de drogue et de l'exploitation minière illégale, il contrôle notamment ce que l'on a appelle "l'arche minière de l'Orénoque". Dans cette zone, les experts estiment que le Venezuela possède probablement ses plus grandes réserves aurifères. À cela s'ajoute l'exploitation du minerai de coltan dont on extrait le niobium, souvent considéré comme ferait l'une des 8 matières premières stratégiques indispensables en temps de guerre comme en temps de paix, et le tantale, métal lui aussi indispensable à la technologie de pointe, du fait de sa haute résistance à la chaleur.

Duarte figurait, en tant que représentants des FARC à la table des négociations de La Havane, entreprises à l'époque du gouvernement Santos. Il s'est écarté du processus de paix, considérant la remise des armes par la guérilla comme l'équivalent d'une reddition. Il s'est ainsi opposé aux anciens dirigeants des FARC Ivan Marquez et Hernan Dario Velasquez, alias El Paisa, leur reprochant de ne pas avoir prévu de plan B en cas d'échec.

Source : article d'Andrés Fernández in Panam Post
→ Recevoir nos mises à jourRevenir au fil de nos chroniques

Tweet