logo ihs

l’argent sale du régimeVenezuela : le blanchiment de l’argent sale du régime

Chronique du 8 mars 2019

Selon le site d’investigation Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP) et son partenaire bulgare Bivol l’avocat bulgare Tzvetan Tzanev a utilisé ses comptes bancaires pour blanchir des millions d’argent sale, notamment en provenance de PDVSA (sigle désignant Petróleos de Venezuela SA, la compagnie d’État vénézuélienne de pétrole et de gaz naturel) :

Tzvetan Tzanev est un avocat à la réputation sulfureuse en Bulgarie. Depuis la chute du régime communiste, son nom est régulièrement cité dans des affaires criminelles, impliquant souvent la mafia italienne. Cette fois, les autorités américaines ont découvert que des millions d’euros d’argent sale vénézuélien transitaient sur ses comptes bancaires.

Le procureur général, Sotir Tsatsarov, a annoncé que les autorités américaines avaient découvert le pot aux roses, sans toutefois donner le nom de la banque. Bivol a ensuite confirmé que Tzvetan Tzanev était bien propriétaire de ce compte, grâce à deux sources, l’une bulgare, l’autre étrangère. Le nom de Tzvetan Tzanev figurait déjà dans une enquête menée en 2015 par Investigative Reporting Project Italy et Bivol concernant la mafia italienne Cosa Nostra et le trafic des diamants de sang du Zimbabwe.

Le sulfureux avocat bulgare serait également impliqué dans un raid orchestré par Cosa Nostra contre un tanker libyen amarré au port de Bourgas, sur la côte bulgare de la Mer noire. En décembre 2018, un groupe de trente hommes armés avaient envahi le pétrolier en proférant menaces et insultes, distribuant des coups et obligeant le capitaine libyen, les officiers et l’équipage à quitter le navire. L’enquête de Bivol se concluait ainsi : "Au lieu de lutter contre le raid de la mafia, l’État bulgare, représenté par ses institutions, a de fait aidé à pirater le navire…"

Selon l’ancien ambassadeur des États-Unis en Bulgarie, Investbank, où Tzvetan Tzanev détient plusieurs comptes, est une banque dont les opérations sont souvent citées comme douteuses, servant de circuit à des montages pour transférer de l’argent sale appartenant à des criminels notoires.

Tzvetan Tzanev est une figure bien connue en Bulgarie.

Dès 1991, il figurait parmi les 21 accusés, dont des hommes politiques, dirigeants d’entreprises d’État et représentants de l’ordre, dans une affaire de trafic d’amphétamines. Cette affaire a été close pour protéger "des intérêts d’État", mais les procureurs avaient alors affirmé qu’un milliard de dollars par mois sortait du pays par des voies illicites. Tzvetan Tzanev a été surnommé "le millionnaire à crédit" pour avoir reçu en 1992 un prêt de 201,5 millions de dollars de la MineralBank, une somme qu’il n’a jamais remboursée.

→ Recevoir nos mises à jourRevenir au fil de nos chroniques

Tweet