logo ihs

Un régime totalitaireLe régime nord-coréen doit respecter les femmes !

Chronique du 7 novembre

Obnubilés par la question nucléaire, les diplomates et les politiques du monde civilisé n'abordent plus la question des droits de l'homme en Corée du Nord, le pays du monde qui les ignore et les viole le plus depuis la chute des Khmers rouges. Les droits de l'homme ne semblent plus avoir la cote pour eux, ce qui fait que le régime de la Corée du Nord négocie son entrée et sa respectabilité dans le monde des États civilisés sans que ceux-ci n’exigent rien de lui sur ce point.

L'absence totale du moindre respect envers les droits de l'homme dans cette prison kafkaïenne, point aveugle de la politique internationale, est pourtant la cause première de tout le problème.

Pourquoi les dirigeants de la Corée du Nord ont-ils besoin de l'arme nucléaire comme assurance vie, si ce n'est pas pour protéger leur régime de terreur et d'abrutissement vis-à-vis de l'extérieur et de l'intérieur ? Et pourquoi 40% des Nord-Coréens, selon la FAO, ne mangent-ils pas à leur faim si ce n’est du fait de l’obsession de la famille régnante à se doter d’un arsenal nucléaire, évidemment coûteux  et de la vie de nabab qu’elle mène ?

La Corée du Nord a réussi à se rendre militairement intouchable. On ne la privera plus de l'arme nucléaire, ou du moins des moyens de la produire, si besoin est, après avoir feint d'y renoncer. Faut-il s'y résigner et accepter ce régime tel qu'il est ?
Faut-il s'en tenir à la politique de non-ingérence qui fut brillamment défendue par Goebbels devant la SDN en 1933 ?
En septembre de cette année-là, un Juif de Haute-Silésie, Franz Bernheim, dépose une plainte devant le Conseil de la Société des Nations « contre les pratiques odieuses et barbares des hitlériens à l’égard de leurs propres compatriotes réfractaires au régime ». C’est Joseph Goebbels, ministre de la Propagande de Hitler, qui représente l’Allemagne, entouré par une vingtaine de jeunes gens armés. René Cassin raconte que, quand le plaignant expose les violences antisémites dont se rendent coupables les Allemands, il est brutalement interrompu par Goebbels qui déclare : « Messieurs, charbonnier est maître chez lui. Nous sommes un État souverain et tout ce que dit cet individu ne vous regarde pas. Nous faisons ce que nous voulons de nos socialistes, de nos pacifistes, de nos Juifs et nous n’avons à subir de contrôle, ni de l’humanité, ni de la Société des Nations. »

Sommes-nous devenus aussi impuissants que le monde de 1933 ?

L'actualité nous offre peut-être un moyen inattendu d'exercer la pression de l'opinion publique internationale sur ce régime et d'alléger le sort d'une population qui en est prisonnière depuis 70 ans.

Dans un rapport publié il y a quelques jours, l’ONG Human Rights Watch dénonce les violences faites contre les femmes en Corée du Nord. Pratiques courantes aussi bien dans les prisons du pays que sur les marchés, selon les nombreux témoignages recueillis, les viols et autres abus contre les femmes sont commis en toute impunité. Ils sont considérés comme normaux, au point que les victimes déclarent : "On pleure la nuit mais on ne sait pas pourquoi".

Le sort des femmes qui réussissent à se réfugier en Chine n'est pas tolérable non plus. Des Nord-Coréennes, réfugiées en Chine, sont forcées de se prostituer ou sont mariées de force à des paysans chinois. Une Nord-Coréenne est vendue entre 700 et 1 400 €, 2 000 € pour les plus jolies.

À l'époque du mouvement Me-Too, le silence des femmes serait injustifiable.

C'est pourquoi nous nous adressons aux féministes du monde entier pour qu'elles fassent entendre leur protestation contre la situation faite aux femmes en Corée du Nord. Il faut que les États civilisés exigent de la Corée du Nord, comme une des conditions majeures sine qua non de son acceptabilité, qu'elle protège les femmes d'une violence qui fait honte à l'humanité entière.

Comité français d’aide à la population nord-coréenne 06 12 90 55 65

Pour vous abonner ou commander un numéro de notre revue Histoire & Liberté

Recevoir nos mises à jour →" "Revenir au fil de nos chroniques

Tweet