logo ihs

la rolls de kimCorée du Nord : le train de vie des dirigeants

Chronique du 24 octobre

Dans un article publié le 22 octobre sur le site de BFMTV, Frédéric Bianchi décrit l'incroyable train de vie de milliardaires des dirigeants nord-coréens :

Selon des données chinoises, le clan du dirigeant nord-coréen Kim Jung-Un dépenserait 800 millions de dollars par an en voitures de luxe, produits électroniques dernier cri et alcool.

Les Nord-Coréens ont beau être l'un des peuples les plus pauvres de la planète (1 168 dollars de PIB par habitant), les dirigeants du pays semblent eux ne pas connaître le manque.

Selon des chiffres des douanes chinoises estimés par un parti sud-coréen et révélées par le site sud-coréen Chosun, le régime nord-coréen aurait dépensé la bagatelle de 4 milliards de dollars en produits de luxe depuis 2012, année de l'arrivée au pouvoir du dirigeant Kim Jung-Un, soit 800 millions de dollars en moyenne par an.

En 2017, le régime aurait ainsi encore acheté pour 640 millions de dollars de biens de luxe et ce malgré les sanctions internationales, ce qui représente près de 18 % des 3,7 milliards de produits importés de Chine sur cette année.

C'est le parti de la liberté sud-coréen qui a estimé les données des douanes chinoises et qui est arrivé à cette somme astronomique de 4,04 milliards de dollars en cinq ans.

Dans le détail, ce sont les produits électroniques qui arrivent en tête des importations par le régime. Entre 2012 et 2017, le clan de Kim Jung-Un aurait dépensé 2 milliards de dollars en ordinateurs, écrans de télévision dernier cri, matériel de cinéma haut de gamme ou encore instruments de musique coûteux pour l'orchestre Samjiyon qui joue principalement pour les dirigeants du pays.

Une Rolls-Royce à 400 000 dollars. Le deuxième poste de dépenses concerne les véhicules de luxe pour lesquelles le régime aurait dépensé 1,4 milliard de dollars en cinq ans. Parmi les voitures, il y a la Mercedes Maybach Pullman Guard officielle de Kim Jung-Un à l'épreuve des balles mais aussi une Rolls-Royce Phantom récemment vu à l'occasion de la rencontre entre le dirigeant nord-coréen et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Un petit bijou qui vaut à lui seul la bagatelle de 400 000 dollars. Les données font aussi état d'un hydravion acheté par le dirigeant nord-coréen pour sa propre famille.

Mais la liste ne s'arrête pas là. La Corée du Nord aurait ainsi dépensé 65 millions de dollars en alcool (principalement en cognac et whisky), 147 millions en équipement d'optique, 52,5 millions en cosmétiques et parfums, 49 millions en montres et 48 millions en cuir ou encore 47 millions en manteaux de fourrure, 37,6 millions de dollars en tapis fins, 36 millions en bateaux de luxe et "seulement" 7,1 millions de dollars en bijoux. Des produits qui serviraient principalement à récompenser les dignitaires du régime pour leurs bons et loyaux services.

L'équivalent de 1,65 million de tonnes de riz. Des sommes colossales qui choquent le responsable du parti de la liberté sud-coréen d'opposition Yoon Sang-hyun qui a révélé ses sommes. "Si la Corée du Nord avait utilisé l'argent dépensé en produits de luxe l'année dernière pour acheter du riz sur le marché international, elle aurait pu acheter environ 1,65 million de tonnes de riz, soit le double de son déficit qui est de 802 000 tonnes, explique-t-il. La pénurie alimentaire en Corée du Nord ne provient pas d'un manque de soutien de la part de la communauté internationale, mais du manque de volonté de Kim Jong-un de nourrir son propre peuple."

Les regards sont évidemment tournés vers la Chine, le partenaire principal de la Corée du Nord avec lequel elle réalise 90 % de ses échanges commerciaux. Malgré les sanctions commerciales, la Chine a continué à expédier ces produits de luxe en 2017 ou a fermé les yeux sur la contrebande qui sévit entre les deux pays. Le navire nord-coréen Tong San 2 bien connu pour ses activités de contrebande et qui figure sur la liste noire de l'ONU a ainsi été repéré la semaine dernière dans les eaux chinoises selon Voice of America. Au grand dam du parti d'opposition sud-coréen qui appelle son pays à faire respecter les sanctions par la Chine.

Pour vous abonner ou commander un numéro de notre revue Histoire & Liberté

Recevoir nos mises à jour →   Revenir au fil de nos chroniques

Tweet