logo ihs

capture d'écran de la vidéo de Nicolás Maduro chez Salt BaeVenezuela :  le festin de Maduro  à Istanbul

Chronique du 21 septembre

La vidéo de Nicolás Maduro chez Salt Bae a été retirée par le chef Gokce, mais postée par d'autres personnes sur Youtube. Le président Vénézuélien est, en effet, sous le feu des critiques depuis son déjeuner dans le restaurant d'un célèbre boucher d’Istanbul, Salt Bae. Les viandes y coûtent des centaines d’euros, alors que les Vénézuéliens subissent une grave crise économique.

L’escale du président vénézuélien, Nicolás Maduro, n’est pas passée inaperçu, vendredi 14 septembre, en allant dans un très chic restaurant d’Istanbul. Dans une vidéo postée par le célèbre chef turc Nusret Gokce, on aperçoit le chef d’État, tranquillement installé en compagnie de sa femme, savourant un cigare, tout en observant le spectacle d’une découpe de côte de bœuf à quelque centaine d’euros.

Nusret Gokce, s’est rendu célèbre dans le monde entier pour la théâtralité de ses gestes en cuisine. Son jeté de sel avec imitation du cobra lui a valu le surnom de "Salt Bae". Ce geste gimmick a surtout fait de ce boucher turc une légende des réseaux sociaux avec 15 millions de followers sur Instagram.

Visiblement fan du personnage, Maduro reproduit le fameux geste du cuisinier et se réjouit du moment dans la scène filmée et postée sur les réseaux sociaux. "Ça n’arrive qu’une fois dans une vie", lance-t-il à Nusret Gokce, qui lui offre un T-shirt à son effigie.

Des viandes à 250 dollars. La vidéo du déjeuner de Maduro a fait le tour du monde en quelques jours provoquant la colère de l’opposition au président du Venezuela. "Alors que les Vénézuéliens souffrent et meurent de faim, Nicolás Maduro et Cilia profitent d’un repas chez l’un des restaurants les plus chers du monde, avec l’argent dérobé au peuple vénézuélien", a ainsi twitté le leader de l’opposition Julio Borges.

S’il est connu pour son jeté de sel, le chef Gokce l’est aussi pour le prix plutôt salé des plats dans ses restaurants de New York, Miami, Abu Dhabi, Dubaï ou Istanbul. Ses célèbres viandes découpées peuvent être vendus jusqu’à 250 dollars, soit deux à huit mois de salaire minimum pour un habitant du Venezuela, où sévit une grave crise économique.

Dans ce pays d'Amérique latine, 87 % de la population vit désormais dans la pauvreté. Deux tiers des habitants ont perdu 11 kg en moyenne, en raison d'un régime alimentaire carencé en protéines, d’après une étude universitaire publiée en février. Dans ce contexte, la visite gastronomique du président vénézuélien a été critiquée dans une série de montages montrant le chef Gokce jetant sa fameuse poignée de sel sur des enfants squelettiques.

À la suite de la polémique, Gokce a préféré retirer la vidéo avec Maduro des réseaux sociaux. Le président vénézuélien a, quant à lui, confirmé sa visite dans le célèbre restaurant lors d’une interview à la télévision d’État. Il a expliqué avoir fait une escale de deux heures à Istanbul à son retour de voyage officiel pour récolter des fonds en Chine. "Nusret nous a reçus personnellement. Nous avons discuté, passé un bon moment… Il adore le Venezuela, il me l’a dit plusieurs fois" a raconté Nicolás Maduro, qui n’a présenté aucune excuse.

Source : AFP et Reuters 

Pour vous abonner ou commander un numéro de notre revue Histoire & Liberté

Recevoir nos mises à jour →   Revenir au fil de nos chroniques

Tweet