logo ihs

jeremy corbynAngleterre : la gauche rétrograde de Jeremy Corbyn

Chronique du 28 août

Dans Le Monde, en ligne le 25 août, Samuel Fitoussi interrogeait Nick Cohen, intellectuel de centre gauche britannique. Auteur de plusieurs livres tels que What’s Left (ed. Harper Perennial, 2007, non traduit), celui-ci écrit pour The Guardian, The Observer et The Spectator.

Samuel Fitoussi : Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste, est encore la cible d’accusations d’antisémitisme, pour avoir été présent en 2014 à un hommage aux terroristes palestiniens qui ont assassiné des athlètes israéliens en 1972. Que se passe-t-il dans la gauche britannique ?

Nick Cohen : Après la chute du mur de Berlin, l’extrême gauche britannique, en opposition à l’Occident, a préféré s’allier avec des théocraties religieuses ou des mouvances islamistes plutôt que de se réconcilier avec la démocratie libérale. Et ces alliés, réactionnaires et antisémites, ont déteint sur elle.

Par ailleurs, il peut être dans l’intérêt du Parti travailliste de tolérer l’antisémitisme. Viktor Orban peut stigmatiser les "musulmans" pour attirer des électeurs, car il n’y a presque pas de musulmans en Hongrie. De même, Corbyn n’a pas besoin du vote de la communauté juive britannique, peu nombreuse. En tout cas, ses supporteurs ne semblent pas gênés par les accusations d’antisémitisme.

Samuel Fitoussi : Corbyn vous rétorquerait qu’il est antisioniste, pas antisémite.

Nick Cohen : Je suis le premier à soutenir la cause palestinienne et on peut bien sûr critiquer la politique du gouvernement israélien sans être antisémite. Mais il faut réfléchir à ce que veut dire "antisioniste". Au sens littéral, cela signifie vouloir, d’une manière ou d’une autre, la fin du seul État juif au monde. Pourquoi voudrions-nous cela ? Par ailleurs, tout le monde sait que le mot "sioniste" est abondamment utilisé pour ressasser les vieux éléments de langage antidreyfusards sans avoir à prononcer le mot "juif".

Samuel Fitoussi : Hormis cet antisémitisme que vous dénoncez, quel est votre problème avec la gauche de Corbyn ?

Nick Cohen : C’est un mouvement rétrograde, dirigé par des hommes septuagénaires, qui veulent remettre au goût du jour un programme politique et économique des années 1970. Le problème de cette gauche, et c’est peut-être la même chose en France, c’est qu’elle a négligé l’économie pendant une génération – ce qui est paradoxal quand on sait que Marx était avant tout un économiste. Je dirais qu’on a affaire à un parti postmarxiste : Marx émettait une critique cohérente de la société, la gauche de Corbyn en est incapable.

Samuel Fitoussi : Vous ne semblez pas apprécier non plus le multiculturalisme…

Nick Cohen : Non, je n’ai rien contre le multiculturalisme. Le Royaume-Uni et la France sont des pays multiculturels, et c’est très bien. Mais, là où j’ai un problème, c’est quand on laisse chaque culture être définie par les mœurs de ses membres les plus conservateurs. Dans le cas de l’islam, on oublie souvent les musulmans féministes, homosexuels et libéraux ou encore les ex-musulmans, et on définit la culture musulmane par celle des plus intolérants. Et c’est ainsi que se perd la notion – pourtant de gauche – de "camaraderie" et cette idée que les droits doivent être universels, qu’une femme de couleur qui vit en banlieue doit avoir les mêmes droits qu’une femme blanche qui vit aux Champs-Élysées.

Samuel Fitoussi : Vous écrivez "honte aux progressistes qui rationalisent le terrorisme". Que voulez-vous dire ?

Nick Cohen : Certains progressistes attribuent l’existence du terrorisme au racisme, à la pauvreté ou à la politique étrangère américaine. Ils le voient comme une expression des victimes. Et c’est ainsi qu’ils passent à côté de l’essentiel, à savoir du pouvoir des idées. Dans les années 1930, certains commentateurs expliquaient la montée du nazisme par le traité de Versailles, humiliant pour les Allemands. Mais le nazisme avait son propre pouvoir de séduction. Rationaliser le terrorisme, c’est donc mal comprendre la séduction qu’exercent les idéologies totalitaristes, ce que le XXe siècle aurait pourtant dû nous enseigner.

Samuel Fitoussi : Vous qualifiez une certaine gauche de "régressive". Qu’entendez-vous par là ?

Nick Cohen : La gauche régressive est une gauche qui ne croit pas en des valeurs universelles, qui pense que le féminisme n’est pas fait pour les femmes musulmanes et qui n’a aucun souci à s’associer à des mouvements qu’elle aurait, à une époque, qualifiés de réactionnaires ou d’obscurantistes, simplement parce que ce sont des ennemis de l’Occident. Surtout, c’est une gauche qui ne se méfie pas de la religion.

Par exemple, Jeremy Corbyn est apparu pendant des années sur la télévision publique iranienne. Comme toute la gauche régressive, il ne voit pas l’Iran comme un régime qui opprime les femmes, condamne à mort les homosexuels et persécute les minorités ethniques, mais comme un ennemi de l’Occident, d’Israël et des États-Unis, ce qui suffit à en faire un allié. Pourtant, le régime iranien est d’extrême droite et ne partage aucune des valeurs de la gauche.

Samuel Fitoussi : Vous estimez que la menace qui pèse sur la liberté d’expression vient aujourd’hui surtout de la gauche. Pourquoi ?

Nick Cohen : À mon sens, le meilleur argument en faveur de la liberté d’expression est d’ordre pratique : si vous empêchez un camp de s’exprimer, il pourra lui aussi – lorsque cela sera en son pouvoir – vous en empêcher. Les partis progressistes ne retiennent pas cet argument, car ils pensent que l’Histoire est de leur côté, qu’ils seront toujours dans le camp des censeurs et non des censurés. Mais c’est une grave erreur, comme on le voit aujourd’hui en Europe orientale.

Samuel Fitoussi : Comment expliquez-vous l’essor des mouvements populistes ?

Nick Cohen : Les partis modérés éprouvent un tel sentiment de supériorité morale qu’ils ont été incapables de se remettre en question, ce qui a laissé le champ libre aux populistes. La majeure partie des électeurs des partis populistes sont des gens normaux et, au lieu de les mépriser, les modérés auraient dû s’interroger sur leurs motivations.

Samuel Fitoussi : C’est ainsi que vous analysez le vote du Brexit ?

Nick Cohen : Les élites européennes n’ont pas assez réfléchi à la manière dont les populations réagiraient au projet de centralisation des pouvoirs et à la disparition progressive des leviers de contrôle démocratique direct. Après notre référendum, j’aurais aimé que l’Union européenne se demande : "Quelles erreurs avons-nous commises ?" Mais aucune remise en question n’a eu lieu. Les élites européennes semblent prêtes à avancer au mépris des réactions des peuples.

En tout cas, la situation politique au Royaume-Uni est chaotique. Les Britanniques s’aperçoivent petit à petit que les leaders de la campagne du Brexit leur ont menti et que personne n’aurait les moyens politiques de mettre un plan en vigueur. Le pays est devenu virtuellement ingouvernable. Je dirais qu’il y a 30 % de chances qu’on ait un second référendum.

→ en savoir plus sur le site du Monde

Commander notre revue Histoire & Liberté

Recevoir nos mises à jour →   Revenir au fil de nos chroniques

Tweet