logo ihs

France : liberté d'expression et lucidité

Chronique du 16 mai 2018

Renée FrégosiSous le titre "Immigration : totems multi-culturalistes et tabous antiracistes" Renée Fregosi, philosophe, défend, sur Figaro Vox l'idée que la "chasse aux sorcières" lancée contre les opposants à l'immigration et dont Éric Zemmour est la dernière victime en date empêche de faire face avec lucidité au problème de l'islam :

Le 3 mai dernier, Éric Zemmour a été condamné pour "provocation à la haine religieuse" parce qu'il avait affirmé lors d'une émission télévisée que la France vivait "depuis trente ans une invasion" et que "dans les innombrables banlieues françaises où de nombreuses jeunes filles sont voilées" se jouait une "lutte pour islamiser un territoire". La présidente de la cour d'appel a estimé que les propos du journaliste "visaient les musulmans dans leur globalité et constituaient une exhortation implicite à la discrimination".

Déplorer le fait qu'un nombre croissant de femmes musulmanes portent désormais le voile (aussi bien d'ailleurs dans les pays européens que dans des pays comme la Turquie, l'Égypte ou l'Algérie), "viserait les musulmans dans leur globalité", alors que précisément le constat d'une évolution dans les pratiques musulmanes atteste d'une diversité parmi les croyants de ce culte et ne le vise donc pas dans sa totalité. En quoi par ailleurs, redouter et/ou dénoncer une volonté de conquête de certains territoires constituerait une incitation "implicite" à la haine ? Toute expression d'une peur d'invasion serait-elle donc condamnable ? Quand bien même on jugerait que cette peur est infondée, la paranoïa constituerait-elle un délit ?

En suivant cette logique, il faudrait poursuivre pénalement une bonne moitié de la population européenne. Car, dans une enquête publiée le 11 mai 2018 par le site britannique YouGouv, sur les 11 pays européens sondés, dans 9 d'entre eux dont la France, entre 41 % et 53 % des personnes interrogées considèrent l'immigration comme le problème numéro un en Europe, juste devant la question du terrorisme. Intuitivement et de façon sans doute en grande partie irrationnelle, nombre d'Européens et de Français estiment à juste titre au demeurant que les flux migratoires du sud vers le nord sont en constante augmentation et qu'ils menacent les modes de vie occidentaux tant du point de vue matériel que culturel.

En suivant cette logique, il faudrait poursuivre pénalement une bonne moitié de la population européenne.

Or, comme le démontrait Michèle Tribalat dès 2013, désormais la France "connaît la proportion d'immigrés la plus élevée de son histoire" (in "Assimilation, la fin du modèle français. Pourquoi l'Islam change la donne", Ed. L'Artilleur, Paris, 2017 page 58). Le fait qu'au sein de cette immigration une grande majorité de personnes soit d'origine musulmane n'impliquant pas cependant nécessairement une difficulté insurmontable à leur intégration. Mais face aux chiffres, les mécanismes de déni du réel et de retournement de la charge de la preuve se mettent aussitôt en branle dans les milieux du politiquement correct pour défendre la vulgate de l'antiracisme, le prêchi-prêcha de "l'ouverture à l'autre" et l'affirmation des prétendus bienfaits du multiculturalisme. Samuel Huntington concluait déjà dans son ouvrage Le choc des civilisations, paru en France en 1997 : "Le déclin moral, le suicide culturel et la désunion politique constituent, pour l'Occident, des problèmes beaucoup plus lourds de sens que les questions économiques et démographiques".

Le livre de Samuel Huntington avait alors été précisément conspué au prétexte qu'il aurait été un brûlot attisant la haine à l'égard de l'Occident, ou moqué au motif qu'il aurait été irréaliste d'imaginer une lutte des sociétés non-occidentales (islamique et asiatique tout particulièrement) contre l'Occident. Pourtant, pour Huntington, l'immigration ne constituait pas un danger en soi. À deux conditions toutefois : "premièrement, que la priorité soit donnée à des individus qualifiés, énergiques, dotés des talents et du savoir-faire nécessaires à la société d'accueil" ; or d'après l'OCDE, 65 % des immigrés arrivant en France ont un niveau d'études inférieur au collège ; "deuxièmement, que les nouveaux immigrés et leurs enfants soient assimilés culturellement dans le pays d'accueil et plus globalement dans la civilisation occidentale" ; or, les nouvelles générations issues de l'émigration maghrébine et subsahariennes en France manifestent davantage un rejet de la France qu'une volonté d'intégration.

Les militants islamistes attisent en effet le sentiment de persécution au sein des populations immigrées de la seconde voire de la troisième génération afin de faire croître un sentiment antifrançais ou anti-occidental en général, parmi ces populations "d'origine musulmane". Une autre appartenance leur est proposée en substitution de cette France ou de cette Europe qui prétendument les rejette: l'islam conquérant et vengeur. On obtient ainsi dans "les territoires perdus de la République" à la fois l'omerta nécessaire à toute action criminelle, un vivier d'exécuteurs potentiels pouvant aller jusqu'au massacre de masse et au sacrifice ultime de leur propre vie, et surtout une contre-société qui augmente sans cesse sa pression sur le mode de vie de l'ensemble des Français.

Certes, tous les musulmans ne sont pas des intégristes, certes tous les islamistes ne sont pas des terroristes. Mais les jihadistes violents se recrutent dans la mouvance islamiste et celle-ci se constitue au sein des populations musulmanes assignées à leur appartenance religieuse ou ré-islamisées et converties. La pensée critique se heurte à la logique du blasphème et à la mauvaise foi dénonçant "l'islamophobie" ; la notion d'individu libre est incompatible avec celle d'une communauté des croyants organisatrice de toutes les dimensions de la vie ; le principe de l'égalité hommes/femmes est radicalement contredit au quotidien dans la séparation des sexes, le port de vêtements affirmant l'impureté et la soumission des femmes. Une relation entre, d'une part, le volume des populations immigrées de pays à majorité musulmane et les difficultés croissantes à leur intégration économique, sociale et culturelle, et d'autre part, l'offensive politico-religieuse islamiste ne peut alors être raisonnablement ignorée. Il est grand temps de mettre fin aux dénégations aussi naïves que coupables et aux procès en sorcellerie, pour affronter enfin dans toutes ses dimensions la question de l'immigration.

Renée Fregosi

→ En savoir plus sur Figaro Vox Renée Fregosi : "Osons défendre la civilisation occidentale !"
Le dernier livre de Renée Fregosi : "Les nouveaux autoritaires. Justiciers, censeurs et autocrates" (éd. du Moment 2016) qu'elle a présenté dans une conférence donnée à l'Institut d'Histoire sociale.
→ La rédaction du Figaro conseille également : Frédéric Saint Clair : "La droite doit penser le séparatisme culturel islamiste"
→ Alexandre del Valle : "L'islamiquement correct fait le jeu des terroristes"
"1983, l'année où l'immigration s'installa dans le débat public… et où le FN perça"
"Procès Merah ou la désintégration française"

→  Contribuer au débat →  Chronique précédenteChronique suivante →  Recevoir nos mises à jour
→   Revenir au fil de nos chroniques

Tweet