logo ihs

Belgique : la montée des islamistes

Chronique du 11 mai 2018

Calendrier distribué par le parti démocrate-chrétien flamand  en vue de la campagne des élections municipales à Anvers À l'approche des élections communales en Belgique, le site d'information 7 sur 7 souligne, et déplore, en date du 7 mai, qu'en dehors de la participation des partis islamistes issus des communautés turques et marocaines, certains partis traditionnels belges n'hésitent pas d'utiliser la propagande islamique dans leur campagne électorale :

Ainsi, c'est un parti flamand, le CD&V,  (1)⇓, une formation membre du Parti populaire européen qui distribue à Anvers un calendrier islamique pour le mois de Ramadan avec un message : "On vous souhaite un bon Ramadan et une joyeuse fête du sucre”.

Dans son calendrier en néerlandais, le CD&V indique comme l'année en cours 1439 du calendrier islamique, non 2018 du calendrier officiel de l'Union européenne et de la Belgique.

Selon les informations publiées le 7 mai par les quotidiens néérlandophones De Standaard et Het Belang van Limburg l'échevin d'Heusden-Zolder Engin Özdemir, élu du Parti socialiste flamand, est sous le feu des critiques pour avoir pris part récemment à une marche associant des membres de l'organisation armée islamo-nationaliste turque des "Loups Gris", "Si cet événement était lié aux Loups Gris, ce n'est pas acceptable", a commenté le président du Parti socialiste flamand du Limbourg, Peter Vanvelthoven.

Rappelons ici à ce sujet, en effet, ce que sont les Loups Gris – en turc : Bozkurtlar –, officiellement connus sous le noms de "Foyers idéalistes" (Ülkü Ocakları en turc), est une organisation armée islamo-nationaliste turque. Le mouvement est très explicitement néo-fasciste, anti-kurde, anti-arménien, homophobe, antisémite et anti-chrétien. C'est un membre de cette organisation qui tenta d'assassiner le pape Jean-Paul II sur la place Saint-Pierre de Rome, le 13 mai 1981. Ce mouvement constitue la sa branche paramilitaire du Parti nationaliste turc, MHP, engagé désormais aux côtés de Recep Tayyip Erdogan.

Lors de cette marche, indiquent De Standaard et Het Belang van Limburg, des drapeaux avec des loups, mais aussi d'autres arborant le logo du parti MHP dont les "Loups Gris" sont la branche paramilitaire, étaient brandis par certains participants.

Des enfants en uniforme militaire étaient également présents, tandis que l'organisateur de la marche se dit lui-même lié à l'organisation islamo-nationaliste turque.

À en croire l'échevin Özdemir,(2)⇓ l'événement n'auraait cependant rien à voir avec les Loups Gris. "L'organisation de la marche existe depuis un an et entendait donner un cachet ottoman à l'événement. Le collège des échevins dans son entièreté l'avait validé", prétend-il.

Le bourgmestre indépendantiste Mario Borremans, de l'Alliance Néo-Flamande NVA, affirme pour sa part qu'il n'était au courant de rien.

Or, ceci se produit dans un contexte de forte préoccupation des responsables fédéraux du pays face à la propagation du salafisme et du djihadisme chez nos amis et voisins belges. Un récent rapport de l’OCAM s’inquiète de la formation des imams dans le pays et plus précisément au sein du Centre islamique et culturel de Belgique. Ce rapport pose un diagnostic inquiétant notamment du fait des appels à l'antisémitisme.(3)⇓

Le Centre islamique et culturel de Belgique est logé à la Grande Mosquée de Bruxelles, il dépend donc encore de l’Arabie saoudite, et l’enseignement qui y est transmis serait, selon l’OCAM, une vision sans discernement du droit islamique et de sa doctrine du IXe au XIIe siècle. Ce qui veut dire, notamment, une exaltation du djihad armé, mais aussi des méthodes pour exécuter par exemple les homosexuels. Dans un autre manuel dont disposent les imams formés dans ce Centre, on retrouve même des appels à l’antisémitisme.

"Cette école doit être fermée, ces manuels doivent êtres retirés. Et probablement, qu'il y a lieu de voir si les enseignants ne doivent pas être poursuivis dans le cadre de la loi sur la xénophobie et le racisme", estime Georges Dallemagne, député, membre de la Commission d'enquête parlementaire sur les attentats.

L’OCAM, Organe de coordination pour l'analyse de la menace, est le service officiel belge chargé, par une loi de 2006 de l’analyse de la menace en matière de terrorisme et d’extrémisme, sur base des informations et renseignements fournis par les différends services de police et de renseignement. Son analyse de l’OCAM date du mois de février et son rapport a été remis aux députés fédéraux.

Le gouvernement fédéral belge a dénoncé, au mois de mars, la concession de la Grande Mosquée à l’Arabie saoudite, mais cette concession fonctionnera encore jusqu’au mois de mars 2019, et donc la formation aussi.

Notes  :
(1) sigle correspondant à Christen-Democratisch en Vlaams, Chrétiens-démocrates et flamands.
(2) Cet échevin [équivalent des conseillers municipaux français] a été élu sur une liste du S.PA., parti socialiste flamand.
(3) Source : dépêche Belga reproduite dans divers journaux et sites et notamment La Libre cf. article Selon l'OCAM, un nombre croissant de mosquées sont sous l'emprise du wahhabisme en Belgique .

→  Contribuer au débat →  Chronique précédenteChronique suivante →  Recevoir nos mises à jour
→   Revenir au fil de nos chroniques

Tweet