logo ihs

Mohsen AllaliAfghanistan : un attentat… des déclarations…

Chronique du 27 avril 2018

Le 23 avril, à Kaboul, était commis un attentat suicide dont le bilan provisoire était de 62 morts et 112 blessés. Vingt et une femmes et cinq enfants figurent parmi les morts, tandis que plusieurs blessés se trouvent dans un état critique.

Un kamikaze s'est fait exploser au milieu d'une foule faisant la queue devant un centre d'enregistrement d'électeurs installé dans une école locale, a-t-il tweeté. L'attentat a été revendiqué par l'organisation Etat islamique.

La Commission électorale indépendante a en effet fixé au 20 octobre prochain la date des élections législatives et des conseils de district, retardées à plusieurs reprises ces dernières années.

Le processus d'inscription des électeurs a commencé le 14 avril. Les électeurs devront élire les 249 membres de la chambre basse du Parlement pour un mandat de cinq ans, ainsi que les membres des conseils de district.

Le président afghan Ashraf Ghani, le chef du gouvernement Abdullah Abdullah, ainsi que la mission de l'ONU dans le pays ont fermement condamné cet attentat.

Le jour même par la voix de son Secrétaire général Yousef bin Ahmad al-Othaimeen, l’Organisation de la coopération islamique condamnait fermement cette attaque de Daech.

Al-Othaimeen a dénoncé "la série d’attaques terroristes, exécutées en Afghanistan, durant les dernières semaine (…) Les auteurs de ces attaques et ceux qui les soutiennent n’ont plus de place parmi les musulmans", a-t-il ajouté.

Ce 27 avril, les Ministres des Affaires étrangères de l'OTAN publiaient une Déclaration sur l’Afghanistan, que nous reproduisons ci-dessous, sans commentaire, dans son intégralité :

1. Alors que le gouvernement d'unité nationale afghan prend des mesures pour maintenir la stabilité et la sécurité et promouvoir la paix, l'OTAN réaffirme son engagement en faveur du développement des forces de sécurité et de défense afghanes suivant l'approche conditionnelle adoptée pour notre mission Resolute Support. Nous saluons et apprécions vivement les contributions essentielles que les hommes et les femmes en uniforme des pays de l'Alliance, et de nos partenaires d'opération dans le cadre de la mission Resolute Support, ont apportées au cours des nombreuses années de présence de l'OTAN en Afghanistan.

2. À la deuxième conférence de Kaboul tenue le 28 février, le président Ashraf Ghani a fait un pas décisif vers la réconciliation afghane en proposant la tenue, sans conditions préalables, de pourparlers de paix entre le gouvernement d'union nationale et les talibans. Les pays de l'Alliance sont unis dans leur soutien à cette proposition en faveur d'un processus pris en charge et dirigé par les Afghans. Nous respecterons et soutiendrons un règlement politique négocié, dirigé par le gouvernement afghan, qui permette de mettre fin à la violence, de rompre les liens avec le terrorisme et de protéger les droits fondamentaux de tous les citoyens afghans. Nous soutenons également le projet du gouvernement afghan d'aborder tous les points de désaccord entre les parties, y compris ceux liés au rôle futur de la communauté internationale en Afghanistan.

3. Nous appelons instamment les talibans à répondre favorablement à l'offre qui leur est faite et à prendre part à un processus de paix pris en charge et dirigé par les Afghans. C'est aux talibans qu'incombe désormais la responsabilité de mettre fin à cette longue période de conflit.

4. Nous nous félicitons du soutien réservé à cette proposition par les pays de la région lors de la conférence sur l’Afghanistan tenue à Tachkent le 27 mars. Les acteurs régionaux ont un rôle significatif à jouer pour la paix et la stabilisation en Afghanistan. Le Pakistan facilite l'utilisation de lignes d'approvisionnement logistique importantes pour la mission Resolute Support. Nous pensons que le Pakistan jouera un rôle important dans le processus de paix, notamment en incitant les talibans à revoir leur analyse de la situation. Nous encourageons le Pakistan à traduire dans les faits le soutien qu'il a exprimé en faveur d'une solution politique au conflit afghan, à éliminer les sanctuaires terroristes et à faire en sorte d'empêcher la circulation de fonds liée au terrorisme et les attaques transfrontalières, y compris au travers d'une collaboration avec ses voisins. Nous relayons l'appel lancé aux acteurs régionaux par le président Ghani pour qu'ils coopèrent plus étroitement dans la lutte contre le terrorisme et qu'ils soutiennent les initiatives de paix et de réconciliation du gouvernement afghan. À cet égard, nous encourageons également l’Iran et la Russie à contribuer à la stabilité régionale en soutenant pleinement un processus de paix qui soit pris en charge et mené par les Afghans.

5. Il est essentiel, pour la paix, la stabilité et la consolidation de la démocratie, que les élections législatives et présidentielle, prévues respectivement en 2018 et en 2019, soient régulières, inclusives et se tiennent en temps voulu. L'OTAN salue donc l'annonce récente de la Commission électorale indépendante afghane indiquant que la date des élections législatives est fixée au 20 octobre 2018. Plus généralement, nous encourageons l'Afghanistan à poursuivre sur la voie de la réforme. Le gouvernement d'union nationale devra continuer de répondre pleinement de l'accomplissement des engagements qu'il a pris à cet égard lors de la conférence de Bruxelles sur l'Afghanistan tenue les 4 et 5 octobre 2016, notamment pour ce qui est de la promotion des droits de l'homme, de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption en Afghanistan.

6. Les Alliés sont résolus à renforcer les capacités de sécurité afghanes s'agissant de lutter à la fois contre les menaces pesant sur la sécurité intérieure et contre les terroristes qui cherchent à utiliser l’Afghanistan comme sanctuaire à partir duquel planifier des attentats contre d’autres pays. L'OTAN soutient également le gouvernement afghan dans sa détermination à éliminer la menace du terrorisme sous toutes ses formes, en particulier celle que représentent les groupes affiliés à l'EIIL/Daech en Afghanistan.

7. Nul ne doit douter de la position de l'OTAN : elle continuera de fournir le soutien que le gouvernement afghan a demandé, de manière à aider l'Afghanistan à assurer pleinement sa propre sécurité.

Les passages en italiques ont été soulignés par nos soins.

→  Contribuer au débat →  Chronique précédenteChronique suivante →  Recevoir nos mises à jour
→   Revenir au fil de nos chroniques

Tweet