logo ihs

>Le village olympique de PyeongchangJO de Pyeongchang : quartier libre pour les athlètes de Corée du Nord !

En ligne le 5 février.

Le village olympique de Pyeongchang, en Corée du Sud, devrait accueillir 22 athlètes nord-coréens.

La Corée du Nord va envoyer 22 athlètes aux JO d'hiver de Pyeongchang, en Corée du Sud. Une mascarade selon nos contributeurs, s'ils ne sont pas libres de leurs mouvements. "Les deux Corées ont décidé de défiler ensemble sous un drapeau de l'unification le 9 février, lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympique de Pyeongchang, et de former une équipe commune féminine de hockey sur glace. Le CIO a ajouté que les 22 sportifs nord-coréens qui prendront part aux JO seront logés au village olympique. Séoul et les organisateurs espèrent que ces JO d'hiver seront les 'Jeux de la paix' et contribueront à apaiser les tensions dans la péninsule, qui ont atteint des sommets ces derniers mois en raison des tirs de missiles et essais nucléaires nord-coréens."

Nature totalitaire
Le gouvernement de Corée du Sud et le CIO font preuve en l'occurrence d'un angélisme qui ne sert ni les valeurs olympiques, ni les droits de l'homme, ni la paix mondiale. L'objectif de la Corée du Nord est en effet de se débarrasser des protestations, punitions et menaces de la communauté internationale, de semer la division en son sein et de continuer ainsi à développer son arsenal nucléaire. Elle cherche à se faire accepter sans accepter la moindre concession, et sans rien changer à sa nature totalitaire Dans le passé, les États totalitaires ont toujours su profiter de la même façon perverse des Jeux Olympiques. Les États démocratiques ne doivent pas répéter les erreurs et les illusions passées. Pour ne pas tomber dans ce panneau et respecter lui-même les valeurs de l'olympisme, le CIO doit donc exiger au moins que les sportifs de la Corée du Nord puissent se déplacer en Corée du Sud conformément aux lois des pays démocratiques, c'est-à-dire seuls et librement, sans être encadrés par des geôliers mobiles. Si certains d'entre eux décident de choisir la liberté, car leur pays est une prison dont les habitants n'ont pas le droit de sortir, il faut obtenir de la Corée du Nord l'engagement que les familles auront le droit de les rejoindre immédiatement et ne seront pas gardées en otages.

C'est à cette condition tout à fait minimale que ces Jeux Olympiques ne seront pas une mascarade au service de l'honorabilité du pire des régimes totalitaires encore existants.

Source : Comité d'aide à la population nord-coréenne, Institut d'Histoire Sociale et Société Internationale des Droits de l'Homme.
Ce communiqué a été publié daté du 31 janvier par L'Express avec le commentaire : "La rédaction a mis en Une cet article et ses infos sont vérifiées. Les avis qui y sont formulés n'engagent en aucun cas L'Express."
→ lire sussi → Corée du Sud et du Nord défileront ensemble aux JO de Pyeongchang → lire sussi → Dopage: la Russie va organiser une compétition pour ses sportifs exclus des JO 2018
Chronique précédenteChronique suivante →  Recevoir nos mises à jour – →  Contribuer au débat
→   Revenir au fil de nos chroniques
   →  Recevoir nos mises à jour

Tweet