logo ihs

Venezuela : jours décisifs

En ligne le 28 juillet

des manifestants s'apprêtent à lancer un cocktail Molotov contre les force de sécuritéUn garçon de 16 ans est encore décédé après avoir été blessé par balle la veille lors d'une manifestation, portant à cinq le nombre de morts durant la grève générale de 48 heures lancée par l'opposition au président Nicolas Maduro, selon le parquet. "La victime a reçu un tir au niveau de la tête et est décédée le 27 juillet", a annoncé le ministère public, qui dénombre 108 morts depuis le début de la vague de protestations contre le chef de l'Etat socialiste, le 1er avril.

Les antichavistes, qui refusent les élections constituantes de dimanche, ont organisé deux jours de grève générale. Et, dans Le Figaro Patrick Bèle considère que l'opposition vénézuélienne "montre sa force" :

L'opposition vénézuélienne s'est, en effet, félicitée de la participation à la grève générale du 26 juillet qui s'est poursuivie le lendemain. "Nous avons obtenu 92 % de participation sur l'ensemble du territoire", s'est réjoui le premier vice-président de l'Assemblée nationale, Freddy Guevara. Il revendique également 77 % de participation dans le secteur stratégique du pétrole. L'ensemble du pays a été bloqué par ce mouvement également soutenu par les principaux syndicats du Venezuela.

La Table de l'unité démocratique (MUD), qui regroupe l'ensemble des partis antichavistes, a organisé cette grève pour protester contre le projet du président Nicolas Maduro de procéder à l'élection de 545 membres d'une Assemblée constituante, prévue dimanche 30 juillet. Une manifestation géante, la "prise de Caracas", doit avoir lieu ce vendredi 28 juillet, dans un climat de tension extrême. Si le gouvernement a interdit jeudi les rassemblements "susceptibles de perturber ou d'affecter le déroulement normal du processus électoral", le président a toutefois proposé un dialogue à l'opposition avant l'élection.

Cinq manifestants tués. Le député Rosmit Mantilla, interrogé par Le Figaro, estime que "si les élections à la Constituante ont lieu dimanche, lundi, la république aura disparu et les députés de l'opposition, élus en décembre 2015 par 14 millions de Vénézuéliens seront emprisonnés". La grève générale s'accompagne de barrages sur les principaux axes du pays et les grandes avenues des villes. C'est autour de ces barrages que la tension est la plus vive. Trois personnes sont décédées mercredi, dont au moins une par balle dans l'État de Merida. Jeudi, un homme de 49 ans et un mineur ont perdu la vie, portant à 108 morts le bilan des manifestations depuis début avril.

Par ailleurs dans l'est de la capitale, les forces de l'ordre sont intervenues directement dans des résidences, défonçant les portails de sécurité et lançant des bombes lacrymogènes dans les immeubles. Selon le pouvoir, ces actions visent à empêcher les habitants de jeter des objets sur les forces de l'ordre qui patrouillent. Pour l'opposition, il s'agit plutôt d'intimider les habitants pour les dissuader de participer aux barrages. Les États-Unis ont annoncé;;des sanctions contre treize responsables chavistes. Federica Mogherini, la haute représentante de la Commission européenne pour les Affaires étrangères, a également déclaré: "Le nombre de témoignages sur les violations des droits de l'homme, l'usage excessif de la force, les détentions massives et le jugement de civils par des tribunaux militaires sont une forte préoccupation pour l'Union européenne."

Les craintes de la Colombie. Treize pays de l'Organisation des États américains (OEA) ont demandé au président Nicolas Maduro de renoncer à son projet de Constituante. La Colombie et le Brésil craignent notamment un afflux de réfugiés à partir de la semaine prochaine. Une nouvelle compagnie aérienne, la colombienne Avianca, a annoncé la fin de ses liaisons avec le Venezuela, comme l'avait fait notamment American Airlines il y a un peu plus d'un an.

Si la situation politique semble plus que jamais bloquée, Hector Rodriguez, candidat à la Constituante et dirigeant du PSUV, a assuré qu'"aujourd'hui une négociation avec la MUD est non seulement possible mais nécessaire". Mais il croit pouvoir ajouter : "Le chavisme va gagner la Constituante parce que l'opposition a décidé de ne pas y participer."

→  Recevoir nos mises à jour Revenir au fil de nos chroniques
→  Recevoir nos mises à jour

Tweet