logo ihs

Turquie : le glissement vers une dictature d'un genre nouveau

En ligne le 12 juillet

ErdoganÀ l'heure où la guerre et ses tragédies embrasent le Moyen-Orient, le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan est devenu l’une des personnalités incontournables dans le jeu des nations, l'une des plus contestées aussi.

La chaîne Arte diffusait le 11 juillet un portrait saisissant du président turc Recep Tayyip Erdogan, un homme saisi par l’ivresse du pouvoir. Avec, entre autres, le témoignage de Fethullah Gülen, ex-allié et désormais homme à abattre.

→ à voir en replay jusqu'au 10 août :

Parvenu au pouvoir en 2003 en tant que Premier ministre, il s'est d'abord imposé aux yeux du monde, et même des opposants à son Parti de la justice et du développement, l'AKP (islamiste), comme un dirigeant moderniste d'un genre nouveau. Mais, ces dernières années, il renforce peu à peu son pouvoir et fait preuve d’une grande dureté face à ceux qui s’opposent à lui : minorités, intellectuels libéraux, jeunesse, journalistes, magistrats…

Avec les élections de novembre 2015, qui ont redonné à l'AKP la majorité absolue au Parlement, suivies en juillet 2016 d'une tentative déjouée de coup d'État, sa dérive totalitaire semble s'accélérer. Ce qui ne risque pas de s'arranger avec les pleins pouvoirs que vient de lui accorder, d'une courte tête et par référendum, le peuple turc. Accusé d'orchestrer un régime corrompu, paternaliste et intolérant, maniant les élections pour renforcer sa domination, il écrase de son emprise la scène politique nationale en bâillonnant l'opposition et les médias. Un despote d’un genre nouveau est-il en train de naître ?

En Turquie, aux États-Unis et en Allemagne, Guillaume Perrier et Gilles Cayatte ont pu s'entretenir avec nombre de partisans et d'adversaires d’Erdogan. Ils ont notamment recueilli le témoignage exceptionnel de son ancien allié, Fethullah Gülen, que le président turc accuse d'avoir fomenté un coup d'État depuis son exil américain. Cette enquête très documentée dresse ainsi le portrait intime et politique d'un homme saisi par l’ivresse du pouvoir, qui détient une des clés d'un règlement de la crise au Moyen-Orient.

Voir aussi

"Can Dündar Adieu à la Turquie"
"Turquie : un combat pour la démocratie"
"L'Eau sacrée des Yézidis"

Tweet