logo ihs

Le choc des civilisations se porte bien

En ligne le 7 juin

samuel huntingtonCe 6 juin, c'est à Paris, après Londres, qu'une agression était commise, contre un policier, par "individu isolé et sans histoire", désigné comme tel dans un premier temps, étudiant de 40 ans, se déclarant "soldat du Califat", et se révélant, quelques heures plus tard, et comme d'habitude en relation avec l'État islamique.

Dans sa chronique du 5 juin publiée par Le Figaro Renaud Girard soulignait que "déjà en 1996, Samuel Huntington annonçait le choc des civilisations un clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale.

"Parce que, poursuivait Renaud Girard, chez lui, les guerres de religion se sont arrêtées au XVIIe siècle, c'est-à-dire il y a très longtemps, l'Occident éprouve une grande difficulté à les appréhender. Il y a comme un malaise chez les clercs en Occident à voir, à entendre, à conceptualiseret donc à bien nommer – ce nouvel ennemi qui vient, de l'intérieur, le frapper mortellement, au cœur de ses capitales." :

Le phénomène est certes très nouveau dans l'histoire de la polémologie. En 1939 en Grande-Bretagne, l'idéologie fasciste avait beau y compter nombre de sympathisants, jamais aucun nazi anglais n'est allé poignarder des compatriotes en face de Westminster…

Lorsqu'on lisait sur le site de la BBC, dimanche 4 juin 2017, les multiples articles consacrés par ce média de référence à l'attaque terroriste de la veille au soir sur le pont de Londres (7 morts, 50 blessés), il y avait un mot qui n'était jamais écrit : le mot "islam". Pourtant, les attaquants s'étaient jetés, le couteau à la main, sur leurs victimes en leur hurlant "C'est pour Allah !".

À entendre les discours officiels, un groupe, appelé "les terroristes", ferait la guerre à l'Occident. Mais le terrorisme n'est qu'un moyen d'inspirer la terreur à son ennemi. C'est une arme, comme le Stuka, le napalm, la bombe à fragmentation. Le plus intéressant à analyser dans ces attaques, ce n'est pas leur mode opératoire et les armes utilisées (cutter, voiture-bélier, kalachnikov, pain de plastic, etc.), mais plutôt leurs motivations. Au nom de quoi sont-elles donc commises ? Telle est la grande question à poser.

Une responsabilité collective  Comme l'avait expliqué Huntington dans un livre prophétique paru en 1996, nous sommes entrés, depuis la fin de la guerre froide et du monde bipolaire, dans une époque de "choc des civilisations". Le professeur à Harvard ne souhaitait bien sûr pas voir ses prophéties se réaliser ; il eut simplement le courage intellectuel de nous avertir, et de subir l'anathème des milieux bien-pensants. Le clash opposant la civilisation arabo-musulmane à la civilisation occidentale est devenu une réalité incontestable. Notre univers mental entretient beaucoup de divergences avec d'autres civilisations (la chinoise, l'hindoue, l'orthodoxe, etc.), mais elles ne suscitent aucun fanatique prêt à venir tuer chez nous au nom de Dieu.

Alors, il est temps de dire les choses telles qu'elles sont. Y a-t-il un problème avec l'islam ? La réponse est oui. Un immense problème. Est-ce à dire qu'il faut créer une responsabilité collective pour toutes les personnes de confession musulmane demeurant en Occident ou désirant y voyager ? La réponse est non. La preuve en est donnée par la réaction très professionnelle et mesurée qui fut par exemple celle du maire de Londres, qui est musulman.

Quel est donc le gigantesque problème que nous avons avec l'islam ? C'est que sa réforme s'est faite au XXe siècle – et continue de se faire aujourd'hui – sous le mode de la régression, et non du progrès. Elle s'appelle le salafisme. Mot que l'on pourrait traduire par le retour à la religion de nos pieux ancêtres (les Bédouins de la péninsule arabique du VIIe siècle). Un bon musulman aujourd'hui est donc quelqu'un qui considère, comme à Médine il y a treize siècles, que le témoignage d'une femme vaut la moitié de celui d'un homme, que la tolérance est inadmissible envers les libres-penseurs, que l'apostasie est un crime.

Pourquoi n'est-ce pas l'islam éclairé et tolérant qui a gagné  ?   Le christianisme a connu l'humanisme de la Renaissance italienne, la Réforme dans les pays du Nord, et la Contre-Réforme (qui était un type de Réforme) dans l'univers resté catholique. Ce mouvement a été un progrès, car il lui a fait accepter les avancées de la science. Le culte de la science et de la technique, mélangé aux impératifs de la transformation du monde (la parabole des talents)et de la séparation du politique et du religieux ("Rendez à César ce qui appartient à César…"), a provoqué l'essor exceptionnel de la chrétienté. Face à elle s'est trouvé un islam, d'abord déclinant (depuis l'échec du siège de Vienne en 1688), puis régressif (depuis le rêve "anticolonialiste" des années 1930 d'un retour à l'islam des origines). Quelle frustration !

Au XIXe siècle, il y avait, au Caire ou à Tunis, un islam sunnite éclairé et tolérant. Pourquoi n'est-ce pas lui qui a gagné ? Parce que les dollars du pétrole sont venus enhardir les communautés les plus rétrogrades du monde musulman : les wahhabites du Golfe (qui se rejettent aujourd'hui la responsabilité, comme l'illustre la brouille entre l'Arabie saoudite et le Qatar). Les frustrations politiques, sociales et morales de l'islam contemporain nourrissent le rêve du salafisme, lequel se transforme, de plus en plus souvent, en passages à l'acte violents. Comprenons-le en profondeur, afin de nous en prémunir.

Revenir au fil de nos chroniques →  Recevoir nos mises à jour

Tweet