logo ihs

PCF France insoumise : de bien pénibles négociations

Dernière minute : La France insoumise annonce qu'il n'y aura pas d'accord avec le PCF
En ligne le 10 mai

Pierre Laurent et Jean-Luc MélenchonCe sera dans la semaine du lundi 15 au vendredi 19 mai que les déclarations de candidatures pour les législatives doivent être déposées. Or, forte du score de Jean-Luc Mélenchon au premier tour de la présidentielle (19,6 %) la France insoumise mouvementqu'il a créé, entend présenter des candidats dans l'ensemble des 577 circonscriptions. Et, même si les espoirs d'obtenir des élus sont beaucoup plus minces que ne le laissent à entendre les rodomontades du chef, les moyens matériels futurs de l'organisation passent par ce choix, puisque les lois de financement public des partis politiques se basent essentiellement sur le résultat obtenu aux élections législatives. À score égal, en pourcentage dans chaque circonscription, un parti qui présente un candidat dans 577 circonscriptions touchera donc deux fois plus de subventions qu'un parti en présentant dans 290, même s'il n'a ausun élu.

Ceci explique largement pourquoi les discussions sur une entente entre le PCF et la France insoumise sont restées au point mort.

Idéologiquement on a fait achopper les échanges sur la question d'une charte, que le mouvement de Jean-Luc Mélenchon souhaite faire signer à tous les candidats, ce que refuse le PCF.

Le 2 mai, Pierre Laurent secrétaire national du PCF a regretté que "les premières propositions discutées" lors d'une précédente réunion entre les deux mouvements "envisagent un accord limité à un petit nombre de circonscriptions".

Dans une lettre adressée le 4 mai à Jean-Luc Mélenchon, il dit vouloir obtenir un accord avant que soit connu le résultat du second tour. Le PCF se disait prêt à des accommodements, notamment sur la question d'un label commun type "Front de gauche": "Nous sommes prêts, d'ici dimanche, écrit le patron du PCF, à avancer avec vous sur la question de l'identification nationale de nos candidats, en nous mettant au travail dans les heures qui viennent."

Le mouvement de Mélenchon répond : "Le PCF cherche à semer la confusion chez les électeurs qui ont voté pour le candidat de la France Insoumise en faisant croire que les candidats du PCF aux législatives ont le soutien de Jean-Luc Mélenchon (...) Il n'en est rien, ajoute-t-il, Les seuls candidats qui ont ce soutien sont ceux validés par la France insoumise (...) En conséquence nous exigeons du Parti communiste l'arrêt immédiat de l'utilisation de la photo de Jean-Luc Mélenchon ainsi que de tous les éléments graphiques appartenant à la France insoumise." Face à ce qu'elle considère comme une "usurpation", La France insoumise annonce sa "décision d'engager des poursuites judiciaires" afin de "faire cesser cette situation puisque nos rappels à l'ordre répétés ne sont suivis d'aucun effet". "Nous déplorons un procédé qui, au nom de “l'identité communiste”, refuse tout accord national mais s'approprie l'image de la France insoumise et de son candidat dans le but de gonfler artificiellement le score du PCF", peut-on lire dans le communiqué.

"Le problème du PCF, c'est qu'il joue sa survie, il ne veut pas se faire absorber dans un mouvement plus large. Les communistes savonnent la planche de Mélenchon puis utilisent son image pour lui manger la laine sur le dos. De toute façon, c'est parti pour qu'il n'y ait pas d'accord du tout avec eux, ils sont insupportables", assure Liêm Hoang-Ngoc, ex-socialiste soutien de Jean-Luc Mélenchon. "Le PCF ne comprend pas la révolution citoyenne qui est en train de se créer. Ils restent dans la culture du vieux parti, dans l'addition des logos. Ils ont mis 10 mois à nous soutenir, maintenant ils sont aux abois et veulent la photo de Jean-Luc Mélenchon à côté de leurs candidats", complète Danielle Simonnet.

Rappelons enfin que, dans chaque circonscription, pour figurer au second tour du scrutin législatif il faut avoir obtenu les suffrages d'au moins 12,5 % des électeurs inscritsce qui peut représenter entre 15 et 20 % des suffrages exprimés, ce qui peut éliminer y compris les sortants du PCF

Dernière minute : La France insoumise annonce qu'il n'y aura pas d'accord avec le PCF

La France insoumise annonce qu'il n'y aura pas d'accord pour les élections législatives de juin avec le PCF, lui en renvoyant la responsabilité de cet échec, dans un communiqué indiquant :
"Tous nos candidats porteront le programme L'avenir en commun en invitant les 7 millions d'électeurs qui l'ont soutenu à l'élection présidentielle à reproduire leur vote pour une majorité nouvelle à l'Assemblée nationale", indique Manuel Bompard, directeur des campagnes du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, se disant "excédé par des combinaisons sans principe" proposées par les communistes.

source AFP
Revenir au fil de nos chroniques →  Recevoir nos mises à jour

Tweet