logo ihs

Meurtre de Kim Jong-nam : avancées de l'enquête

En ligne le 20 mars

L'aéroport de Kuala LungpurDans l'enquête sur le meurtre de Kim Jong-nam à l'aéroport international de Kuala Lumpur, la police malaisienne cherche à identifier deux nouveaux suspects potentiels.

Le 18 mars, le chef de la police Khalid Abu Bakar évoquait l'implication de deux autres hommes dans l'assassinat du demi-frère du dirigent nord-coréen Kim Jong-un. Kim Jong-nam est décédé le 13 février après que deux femmes ont couvert son visage de l'agent neurotoxique VX.

En analysant les images prises par les caméras de sécurité, les enquêteurs ont noté la présence de deux hommes à proximité du lieu de l'attaque. L'un d'eux est habillé en blanc. Il semble marcher derrière Kim Jong-nam. Un autre, vêtu de noir, se tient près de la clinique de l'aéroport et regarde Kim y entrer.

Deux femmes, une Vietnamienne et une Indonésienne, ont déjà été inculpées. Quatre Coréens du Nord ont été identifiés et sont considérés comme suspects. Les enquêteurs les soupçonnent d'avoir organisé l'assassinat et d'être déjà rentrés dans leur pays.

Le ressortissant nord-coréen expulsé de Malaisie a quitté Pékin

Un émissaire nord-coréen expulsé de Malaisie aurait quitté Pékin pour regagner son pays. L'ambassadeur Kang Chol voyageait avec son compatriote Ri Jong-chol.

De sources diplomatiques, les deux hommes seraient arrivés samedi, en voiture, à un aéroport de Pékin. Ils auraient embarqué dans l'après-midi destination de Pyongyang, sur la compagnie nord-coréenne Air Koryo.

L'ambassadeur Kang Kang est devenu persona non grata en Malaisie suite à ses commentaires sur l'assassinat du demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Son compagnon Ri Jong-chol a finalement été relâché, faute de preuves suffisantes sur son implication dans le meurtre.

Quelques jours après le drame, Pyongyang et Kuala Lumpur se sont accusé mutuellement, jusqu'à prendre la décision inédite d'empêcher leurs ressortissants de quitter leurs pays respectifs. Les deux diplomaties cherchent désormais un moyen de sortir de l'impasse, comme si rien ne s'était passé.

.

Revenir au fil de nos chroniques
→  Recevoir nos mises à jour

Tweet