logo ihs

Staline programmant la famine ukrainienne

Un appel ukrainien pour que le monde sache

En ligne le 2 février

Le Comité Ukraine 33 fait actuellement circuler un texte dont nos lecteurs trouveront ci-dessous l'intégralité, à propos du Holodomor de 1932-1933 et de la situation actuelle. Il suggère à chacun de l'envoyer aux hommes politiques que vous connaissez, afin qu'à l'Assemblée nationale et au Sénat, on ressorte les questions posées, les dossiers sur ce génocide, en espérant que la France reconnaisse, enfin, ce crime contre l'humanité partie hélas bien réelle de l'Histoire Mondiale du XXe siècle :

En 1932-1933, l'Ukraine a connu une terrible tragédie – le Holodomor - qui a pris des millions de vies humaines. Le régime communiste totalitaire et criminel a délibérément créé les conditions menant à la destruction physique du peuple ukrainien - par le retrait forcé des denrées alimentaires, le blocage de villages et de districts entiers et l’interdiction de quitter l'Ukraine touchée par la famine, par la destruction du commerce rural, la répression de la dissidence ukrainienne… La politique de ce régime fut un crime contre l'humanité en vertu de la Convention de l’ONU sur les génocides du 9 décekppppp948.

La Verkhovna Rada de l'Ukraine a adoptée le 28 novembre 2006 la loi "Sur le Holodomor de 1932-1933 en Ukraine" et a reconnu le Holodomor comme un Génocide contre le peuple ukrainien. Le 9 avril 2015, elle a aussi adopté la loi "Sur la condamnation des régimes totalitaires communistes et national socialistes (nazi) en Ukraine et la prohibition de la propagande de leurs symboles" ; cette loi condamne le régime communiste totalitaire comme étant criminel.

En 1932-1933, le régime totalitaire a caché son crime derrière un mur de propagande et de mensonges. Au cours de toutes ces décennies, le régime a essayé non seulement de cacher la vérité sur le Holodomor en Ukraine, mais aussi de détruire toute mémoire de celui-ci. A cette époque, Il était dangereux non seulement d'écrire à ce sujet dans la presse, dans les lettres aux "chefs" du parti ou à des parents à l'étranger, mais aussi de le mentionner dans un journal intime. Toute mention imprudente de ces faits pouvait représenter un risque pour la vie de son auteur ou le faire condamner au Goulag pour de très longues années.

Cependant, malgré tous les dangers, dans les temps les plus sombres, il y avait des gens qui, conscients de leur responsabilité envers les générations futures, ne pouvaient pas rester silencieux.

Les dirigeants soviétiques ont bloqué toute information sur la situation réelle en Ukraine et ont délibérément désinformé la communauté internationale. Toutefois, certains étrangers qui ont visité le pays derrière le "rideau de fer", et l'Ukraine touchée par la famine, ont rapporté la vérité sur le crime d’homicide commis contre des millions de personnes. Nous les appelons désormais Porteurs de Vérité. Ce sont les journalistes, les personnalités publiques, les artistes, les politiciens du monde démocratique…. qui ont pris de gros risques à cette époque. Certains ont publié des articles dans la presse libre, d'autres ont décrit dans les journaux ce qu'ils avaient vu et vécu ou simplement ont pris des photos de l'horreur qu’ils voyaient autour d’eux, sur place. Ils étaient convaincus que leurs témoignages sur cette tragédie étaient importants pour confondre les auteurs de ce génocide.

Grâce à leurs efforts nous avons pu sauvegarder de précieux témoignages sur l'un des crimes les plus odieux de l'histoire humaine – le Holodomor. Bien des années plus tard, cette information a été l'une des causes de l'effondrement du régime communiste et de l’émergence sur ses ruines d'une Ukraine indépendante.

Aujourd'hui, de nouveau, l'Ukraine est victime des adeptes de Staline qui agissent depuis le Kremlin. L'Ukraine lutte non seulement contre l'agression à l'est, mais aussi contre l'invasion à grande échelle d’une information déformée basée sur le mensonge. L’agresseur construit de nouveau un mur de propagande pour cacher ses crimes. Et aujourd'hui, comme il y a de cela huit décennies, l'Ukraine a besoin de la vérité pour que le monde sache.

"Pour que le monde sache" - ces mots étaient pertinents pour ceux qui ont parlé et écrit en 1933, de même ils le sont maintenant. Il est très important pour nous qu’on sache au delà de l’Ukraine ce qui se passe ici.

La Verkhovna Rada de l'Ukraine rend hommage à la mémoire de ceux qui ont été tués par la faim et exprime sa profonde gratitude à tous ceux qui ont brisé le rideau de fer de la propagande et du mensonge du régime communiste, à tous ceux qui ont gardé le souvenir de la tragédie des Ukrainiens, tous ceux qui ont rétabli la vérité sur le Holodomor.

La Verkhovna Rada de l'Ukraine remercie aussi les États qui voudraient soutenir notre pays dans sa lutte contre l'agresseur et rapporter la vérité sur les événements en Ukraine à la communauté internationale.

La Verkhovna Rada de l'Ukraine appelle les États partenaires de l'Ukraine à reconnaître le Holodomor de 1932-1933 en tant que Génocide du peuple ukrainien, Notre mémoire commune des crimes du passé est la garantie de leur non-répétiCe génocide fut reconnu comme tel dès 1953 par l'hidtorien Raphaël Lemkin → télécharger Tweet

Revenir au fil de nos chroniques
→  Recevoir nos mises à jour