logo ihs

Corée du nord : un État totalitaire plus banal qu'on ne le pense

Nouvelles des États totalitaires… et des autres

En ligne le 1er février

Enquête sur les droits de l’homme en Corée du Nord.  La Corée du Sud lance une enquête sur la situation actuelle des droits de l’homme au Nord en menant des interviews auprès de chacun des réfugiés nord-coréens vivant actuellement au Sud. Les résultats de cette minutieuse enquête – chaque entretien comportera 140 questions – pourront servir de base pour mettre en cause les responsables de ces violations. Le Centre pour l’enregistrement des données sur les droits de l’homme au Nord, nouvellement fondé, publiera ainsi un rapport chaque année.

Trump et la Corée du Nord. Une tension est perceptible en Corée du Nord. Le n° 1 Kim Jong-eun avait annoncé, lors de son discours de nouvel an, que son pays s’apprêtait à lancer un missile balistique intercontinental.

Or, Donald Trump répondit à propos de cette menace d’armes nucléaires capable d’atteindre certaines parties du territoire américain : "Cela n’arrivera pas".

Veut-il dire que le dirigeant nord-coréen ment ? Compte-t-il sur une pression chinoise ? Envisage-t-il de frapper ce missile en plein vol ? Prévoie-il plutôt une rencontre bilatérale ? Il avait dit lors de sa campagne qu’a priori on ne pouvait refuser de discuter…Envisage-t-il de menacer sérieusement la Corée du Nord si elle livrait du matériel nucléaire à des terroristes ? Donald Trump n’a pas encore dévoilé ses batteries.

Économies asiatiques.  La Corée du Nord a connu en 2015, une contraction de son PIB d’environ 1,1 %, son pire résultat depuis 2007. On attend les résultats pour 2016. En Asie, les économies les plus performantes l’an passé sont celles de l’Inde (+7,6 %), de la Birmanie (+7,2 %), du Cambodge (+7 %), la Chine (+6,9 %), du Laos et du Vietnam (+6,7 %) et du Bangladesh (+6,6 %)

Progression vietnamienne.  Le Vietnam connaît un véritable boom des investissements étrangers. Le régime semble solide aux yeux des investisseurs extérieurs alors que la Thaïlande a connu des troubles et que la politique antiaméricaine de Rodrigo Duterte aux Philippines ne rassure pas. L’incitation du gouvernement vietnamien à attirer ces investisseurs est de toute façon très forte. Hors le secteur bancaire où le capital étranger ne peut être encore supérieur à 30 %, le plafond de 49 % a été rehaussé dans certains secteurs industriels. Des entreprises de transport et de produits alimentaires vont aussi être mises en vente.

Fin des rêveries occidentales à Cuba ? Les rêveries suscitées par le rapprochement américano-cubain semblent faire place à une certaine inquiétude. 2017 pourrait bien être pour Cuba l’année la plus difficile depuis 10 ans. "Même si ces deux événements – la victoire de Trump et la mort de Fidel Castro - n’avaient pas eu lieu, 2017 allait être une année "compliquée" pour Cuba, a déclaré Omar Everleny Perez, un professeur d’économie à l’Université de Tokyo.

Cuba publie des statistiques économiques peu crédibles mais les experts tablent sur une croissance du PNB de 1 % au plus, alors que de 2011 à 2015, le taux de croissance était de 3 %. Le tourisme est plus que jamais le point fort, et il a beaucoup crû depuis le 17 décembre 2014 et l ‘annonce de la détente cubano-américaine par Obama et Raùl Castro. L’augmentation du nombre de touristes a été de 15 % en 2015 et encore en 2016. Comment s’explique alors cette faiblesse de la croissance macroéconomique, d’autant qu’il y a eu une augmentation des investissements étrangers ? Par l’inefficacité du management cubain, propre aux pays socialistes, mais aussi par la chute de l’aide vénézuélienne en pétrole, passée de 115 000 barils par jour en 2008 à 90 000 en 2015 et 40 000 ces derniers mois. Le nombre de médecins envoyés au Venezuela a également baissé Tout comme le cours international du nickel, une des principales exportations de Cuba.

Les experts disent que les coupes faites dans les importations de produits industriels vont affaiblir la productivité de la fabrication des quelques produits industriels exportés par Cuba et conduire à une croissance zéro, voire à la récession.

Chine.   Les succès économiques de la Chine tranchent avec cette stagnation mais ils ne peuvent faire oublier comment ils sont obtenus. Le gouvernement chinois peut bien donner à Davos des leçons de libéralisme à Donald Trump. La vérité est que toute la population et son système économique sont en liberté surveillée. Le correspondant du Monde à Pékin, Brice Pedroletti, attirait notre attention le 25 janvier 2017 sur le cas d’un jeune avocat chinois, emprisonné dans la province du Hunan, Xie Yang, défenseur de membres de la secte Falun Gong et de paysans expulsés. Il a réussi à faire connaître ses difficiles conditions d’interrogatoires et de détention, et les tortures qu’il a subies. Hélas, son cas n’est pas isolé. Une vingtaine de ses confrères ont été arrêtés en juillet dernier. Une mesure à rapprocher d’autres qui visent toutes à renforcer la "recommunisation" idéologique actuellement entreprise par Xi Jin-ping.

Tweet
Revenir au fil de nos chroniques
→  Recevoir nos mises à jour